Audubon House et le kitch

Je dois vous confesser quelque chose : J’ai un goût prononcé pour le kitsch. Mais s’il vous plait, pas de cela chez moi, je préfère aller l’admirer chez les autres. Si vous avez un goût prononcé pour ce que vos parents ont fuis (le macramé, les dessus de lit fleuris…) restez avec moi, je dois vous montrer ma nouvelle découverte.

La Audubon House & Tropical Gardens, située en Floride, à décidé d’engager la designers Sasha Bikoff. C’était juste pour rafraîchir un peu…

La créatrice maximaliste et apologétique est devenue une sensation de style avec son escalier inspiré de Memphis à la maison témoin de Kips Bay et a continué à concevoir une collection pour Versace qui a également cassé l’Internet. Autant vous dire, qu’elle n’en était pas à son coup d’essaie. Son nouveau projet ne déçoit pas : Ce jeudi, la Maison et les Jardins Tropicaux Audubon inaugure sa nouvelle « Expérience Audubon », que le musée appelle « une expérience interactive, éducative et, surtout, instagrammable ». Et c’est ce qu’il est. J’imagine déjà le nombreuses d’influencers, bouche en cul de poule. Cependant, je pense que David Lachapelle pourrait débarquer avec quelques peoples, histoire de faire quelques clichés. Je pense que ça me soulagerais.

Elle a poussé mémé dans la Mangrove.

Je suis certaine que ma grand mère voudrait acheter le même papier peint. En fait, je pense qu’elle adorerait le lieux, elle qui ne supporte pas les murs trop blanc. Parce que comme dit mamie « C’est des bêtises, un mur doit être décoré »

Dans une ode éblouissante et maximisée à John Audubon, Bikoff a créé un espace débordant d’oiseaux qu’elle a étudiés et peints. Alors personnellement, je trouve cela génial, parce que j’adore les oiseaux.

Ce qui est vraiment chouette, c’est que la scène prends place dans une maison historique de 1846.
Marchez dans l’espace et vous marchez sur le gazon astroturf rose. Il épouse des couleurs similaires dans un papier peint floral collé sur chaque mur. Levez les yeux et vous êtes accueillis par une décoration florale renversée. Un souvenir des mangroves de la Floride. Nichées dans la fausse flore, des images holographiques de certains des oiseaux que John Audubon a peints.
Tout cela me pousse à penser, que Madame Bikoff à passé trop de temps chez sa grand mère.

Sasha Bikoff et Croi Wolfson, partners in crime

« Mon idée était que j’allais remettre les oiseaux dans la nature « 

Dixit Bikoff, qui s’est préparé pour le projet en visitant certains des mêmes endroits à Key West où Audubon a étudié ses spécimens dans la nature.

Bikoff a commandé aux célèbres taxidermistes Darwin, Sinke & van Tongeren de créer des versions farcies de deux des sujets les plus célèbres d’Audubon : le flamant rose et la Spatule (Platalea). Alors, les instagrameuses, je veux bien, je supporte, mais la taxidermie, non merci. Du kitsch, on passe au bad taste.
Dans une représentation appropriée de l’ancienne mentalité du musée, les oiseaux sont placés dans des cages victoriennes que Bikoff a clôturées derrière des portes en plexiglas rose. Je vais mal dormir.

Tout pour attirer un public plus jeune.

« Vous entrez dans la pièce et vos yeux errent partout, mais il y a aussi un parfum caractéristique dans la pièce, » révèle-t-elle. « Ça sent l’Ocean Spray et les agrumes. » Merci. C’était visuellement pas suffisant, alors on a ajouté des odeurs…

Ce n’est pas innocent. Le résultat se veux interactif, afin d’attirrer un public plus jeune. Je vais être plus clémente, et dire que cela part d’un bon sentiment…

« Nous voulions être à l’avant-garde « , explique Cori Mizrahi Wolfson, directrice de la création à l’origine de la rénovation. C’est elle qui a amené Bikoff au pouvoir. « Et nous voulions aussi nous assurer que la jeune génération puisse apprécier cette œuvre d’art, créer une salle où elle puisse la comprendre et se sentir liée à elle. Nous vivons dans un monde où tout tourne autour de l’Instagram, où tout tourne autour de l’engagement de nos cinq sens, et nous voulions vraiment que notre public de tous les groupes d’âge s’y joigne. »

Préparez vos grands mère, vos appareils photos, vos influencers.

Alors finalement, j’adore le kitsch, c’est bien, mais surtout pas chez moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *